Qui sommes nous ?

Notre groupe associe des hommes et des femmes qui oeuvrent à partir des valeurs et des méthodes libertaires en faveur d'une société autogestionnaire et fédéraliste libertaire, débarrassée du capitalisme et des autoritarismes, et qui tende vers l'abolition des dominations sociales, économiques, sexuelles, raciales... Nous accueillons les personnes aux recherches semblables aux nôtres. Nous nous investissons dans des mouvements et des groupements compatibles avec nos objectifs. Nous réalisons souvent des évènements publics autour d'un livre, d'un sujet d'actualité.

Pour nous rejoindre, allez à "Nous écrire par courriel" ou cliquez ici.

Dossiers à thèmes
 ↑  
Expressions
 ↑  
Recherche
Recherche
Visites

 489948 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Editorial

Des collectifs, associations, organisations soutiennent la mobilisation des personnes migrantes !

Le Groupe Gard-Vaucluse de la Fédération anarchiste soutient cette action.

STOP DUBLIN ! STOP EXPULSION !

Contre la procédure Dublin et pour le droit de voir sa demande d’asile étudiée

Partout en France et en Europe des citoyens, des mouvements se dressent pour dénoncer une politique migratoire inacceptable. La massification des procédures Dublin rend la situation des exilés catastrophique. L’accès aux droits devient un parcours de combattant. Les accompagnements et suivis individuels, quand ils existent, permettent des recours argumentés mais ils aboutissent la plupart du temps à des impasses juridiques. Les préfectures n’hésitent pas à violer la loi, et les tribunaux suivent la plupart du temps. Les procédures Dublin engendrent des mises en situation irrégulière, notamment lors des renvois vers Italie où les demandes d’asile sont très rarement traitées et où les politiques européennes montrent leur totale absurdité et leur déficit de solidarité.

A Montpellier, comme à Marseille, à Menton et ailleurs, les personnes migrantes, soutenues par leurs amis, commencent à s’organiser et à relever la tête contre les procédures Dublin et les expulsions massives. Elles ont rédigé une lettre à destination du préfet de l’Hérault et de la population, dans laquelle ils dénoncent les atteintes à leur dignité.

Nous, signataires de ce texte, soutenons les personnes migrantes dans leur démarche et tenons à réaffirmer notre opposition à une politique migratoire criminelle.

Nous sollicitons une audience auprès de monsieur le préfet de l’Hérault le 18 décembre 2017, à 18h, journée internationale des migrants et du lancement en France des États généraux pour un changement de politique migratoire et appelons à une large mobilisation ce jour là, et chaque fois que nécessaire.

Liste des premiers signataires au 3 décembre 2017 : Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture 34 (ACAT) – Collectif Refugees welcome 30 (Nîmes) – Collectif Solidarité Migrants Val de Salindrenque – Comité Local ATTAC Montpellier – Coordination des Groupes Anarchistes 34 (CGA) – Ensemble ! 34 – Groupe Gard-Vaucluse de la Fédération anarchiste - Réseau Éducation Sans Frontière 34 (RESF) – Nouveau Parti Anticapitaliste 34 (NPA)

Listes des premières « personnalités » signataires : Jacques Blin, écrivain, ex-conseiller général de l’Hérault – Jacque Bonnet écrivain – Antonin Molino, co-président de la Cagette de Montpellier – Joëlle Wintrebert, écrivain – Jean-François Molino Chercheur IRD – Romain Larive, enseignant chercheur Université de Montpellier – Alix Margado, promoteur du statut Scic en France, Anne-Valérie Mazoyer, Maître de conférences en psychologie clinique – Zina Bourguet, conseillère régionale Occitanie – Michel Marre, compositeur, cinéaste et conseiller municipal à Castelnau – Paul Alliès, universitaire – Xavier Landrin, enseignant chercheur en sciences politiques – Élie Daviron, animateur de réseaux, La Cagette de Montpellier, Geaorges Charpentier, professeur certifié – Maillet Jacques, ex-directeur adjoint de Montpellier SupAgro – Maryse Quéré, ancienne rectrice d’académie – Oulaf Ahcène, éducateur spécialisé – Claude et Henri Saudecerre, membres d’ATTAC France – Francis Gayraud, maire honoraire de Cabrières – Matthieu Brabant, secrétaire académique CGT éduc’action – Myriam Martin, Conseillère régionale Occitanie, porte parole de Ensemble! – Alain Baccuet, pasteur retraité de l’église protestante unie de France – Roger Moncharmont, inspecteur du travail retraité – Olivier Abel, professeur de philosophie éthique à l’Institut Protestant de Théologie,

Le blog du CMB34: https://collectifmigrantsbienvenue34.wordpress.com/


La dernière nouvelle
Motions 75e congrès de la FA - par WebNoMaster le 13/11/2017 @ 18:16

75e Congrès de la Fédération anarchiste
Motion sur la situation économique et sociale


La Fédération anarchiste s'est réunie lors de son 75e Congrès les 3, 4 et 5 juin 2017 à Laon et Merlieux dans l'Aisne pour aborder l'évolution du monde et actualiser son projet anarchiste.
Le capitalisme globalisé et ses soutiens étatiques et religieux accentuent leurs pressions sur l'humanité et l'environnement, pour asseoir par des modes de régulation et de production de plus en plus brutaux le triomphe de la logique de profit.
La thèse de la crise permanente du capitalisme qui justifie les politiques d'austérité et de régression sociale sert à camoufler la réalité : les riches sont de plus en plus riches tandis que les pauvres sont de plus en plus nombreux et plongent dans la misère. En cela, le capitalisme remplit parfaitement le rôle qui est le sien.
L'arrogance des capitalistes encouragée par une véritable colonisation des esprits remet aujourd'hui en cause le pacte concédé à l'issue de la seconde guerre mondiale qui institua la protection sociale, le système de retraite par répartition et une redistribution limitée des richesses pour éloigner le spectre révolutionnaire et développer une nouvelle classe dite moyenne et la société industrielle et de consommation de masse.
Le système capitaliste cherche sans cesse de nouvelles sources de profits incarnées aujourd'hui par le capitalisme vert, la numérisation et la robotisation de l'économie et même la fin du salariat en individualisant la relation entre le travailleur et son patron par l'uberisation et l'auto-entreprenariat.
Le capitalisme paupérise la classe moyenne dont la première utilité était de neutraliser le danger révolutionnaire, ce qui rend la lutte des classes plus franche et plus directe.
En contrepartie, l'appareil répressif étatique et l'emprise des religions sur les consciences se renforcent pour imposer la peur et la résignation. L'état d'urgence qui était une exception devient la norme, la présence militaire dans les rues, la surveillance généralisée et les restrictions des libertés publiques se banalisent, la police se militarise et se radicalise, devient factieuse et multiplie les violences et les provocations.
Les élections présidentielles passées et législatives à venir démontrent une progression des tendances souverainiste et populiste en même temps qu'une volonté avérée d'effacer la conscience de classe en affirmant supprimer le clivage gauche-droite comme l'ont souligné les deux finalistes
de la dernière course à l'Elysée. Le pouvoir a mis en place le candidat le plus à même de défendre les intérêts du patronat et de la Finance. Sa mission est un programme de démolition sociale dans la droite ligne des présidents et gouvernements précédents en marche vers le détricotage du Code du travail, une fiscalité antisociale, la suppression des régimes spéciaux et la mise en place d'un système de retraites par points...
Le Front national a dépassé les dix millions de voix en jouant sur la peur de l'autre et en s'érigeant en défenseur de façade des acquis sociaux. Pour autant, le Capital n'a pas aujourd'hui besoin du FN pour arriver à ses fins : le MEDEF a appelé à voter Macron.
Le projet Mélenchonniste est une impasse. Le modèle du leader charismatique, nouveau sauveur suprême, messie des temps modernes, incarnation du « peuple » a détourné la question sociale du terrain de la lutte des classes vers celui de la lutte des places. L'imposture des partis Syriza et Podemos en Europe ou des régimes de Chavez et Maduro au Venezuela témoignent de leurs soumissions aux diktats capitalistes : le Pouvoir reste maudit.
Si les anarchistes sont volontairement absents des urnes et du spectacle médiatique, ils demeurent présents et actifs dans les luttes et les alternatives. Notre anti-électoralisme est en phase avec le rejet grandissant de la classe politique et un intérêt croissant pour le mandatement impératif, la rotation et la révocabilité des mandatés et le fédéralisme libertaire.
La tâche des révolutionnaires est de dessiner des perspectives permettant de crédibiliser et d'envisager la transformation sociale. En cela le mouvement anarchiste n'a pas capitulé et reste fidèle à son projet révolutionnaire : le socialisme libertaire sans frontières.
Pour cela, la diffusion de nos idées et de nos pratiques doit rester notre tâche essentielle, tout en apprenant des luttes diverses et en menant le nécessaire travail de remise en cause et de réactualisation de nos propositions et de nos pratiques.
Les temps prochains nécessiteront la mobilisation de toutes les forces attachées à l'émancipation, la Fédération anarchiste réunit en son 75e Congrès prendra toute la place qui lui revient dans ce combat et appelle les individus et groupes qui partagent notre projet commun à la rejoindre et à la renforcer.



Solidaires

On vous recommande...

  L'Homme parle

Vagabonds, L'Homme parle, janvier 2017

Monde Libertaire 1790 juillet août 2017

ML1790.jpg

Nous écrire par courriel
fa.30.84(cool)gmail.com
 ↑