Qui sommes nous ?

Notre groupe associe des hommes et des femmes qui oeuvrent à partir des valeurs et des méthodes libertaires en faveur d'une société autogestionnaire et fédéraliste libertaire, débarrassée du capitalisme et des autoritarismes, et qui tende vers l'abolition des dominations sociales, économiques, sexuelles, raciales... Nous accueillons les personnes aux recherches semblables aux nôtres. Nous nous investissons dans des mouvements et des groupements compatibles avec nos objectifs. Nous réalisons souvent des évènements publics autour d'un livre, d'un sujet d'actualité.

Pour nous rejoindre, allez à "Nous écrire par courriel" ou cliquez ici.

Dossiers à thèmes
 ↑  
Expressions
 ↑  
Recherche
Recherche
Visites

 471563 visiteurs

 1 visiteur en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.fa-30-84.org/data/fr-articles.xml

Nîmes - Une soirée chez les GASiers de la Placette

Voilà 3 ans que les Gasier-e-s (les membres du GASE, Groupement d'Achat Solidaire et Ethique) se réunissent une fois par mois dans ce local associatif du centre de Nîmes. Ce soir, une bonne trentaine de personnes ont trouvé place autour de la grande table. Avant que la séance ne commence, on tchatche, on prend des nouvelles des uns et des autres... Une ou deux bouteilles de vin rosé sont débouchées et parcourent les verres tendus. Par terre, dans de grands sacs ou des cagettes, il y a des jus de fruits en bouteille, des paquets de riz de Camargue, des barquettes de fraises et de framboises, des pâtes, des oeufs, du café du Chiapas... Dans le brouhaha, on demande des candidat-e-s pour organiser les tours de parole et pour le compte-rendu de la soirée.


 

Comme c'est instauré habituellement, la soirée va se découper en trois temps. Le premier sera une présentation de produits par les producteurs eux-mêmes, invités par des Gasiers. Le contact est direct. Le premier à être présenté est un maraîcher de la plaine de Beaucaire. On le sent fatigué, sous son discours calme et parfois drôle. Il est agriculteur bio, et toute sa production part pour la plate-forme régionale du réseau des Biocoops. « L'année dernière, mes terres ont été inondées, puis j'ai subi le gel sur les cultures : je vais manquer de production, je suis fatigué et économiquement, c'est très dur en ce moment. Si je suis là ce soir, c'est aussi parce que je ne sais plus à qui je vends mes produits : quand j'amène ma palette au marché gare, on me remet un bordereau et voilà. J'ai besoin aussi de voir les gens à qui je vends mes produits, qu'ils me disent si c'était bon ou pas... Et puis, c'est plus intéressant pour moi, au niveau des prix. » L'écoute est attentive, et on prend en pleine face le vécu d'un paysan des temps modernes. C'est concret, et çà renvoie bien des questions aux consommateurs du GASE. A notre tour, nous répondons à ses questions sur notre fonctionnement.

Puis, c'est un fonctionnaire d'une chambre d'agriculture voisine qui nous explique la reconversion... de sa carrière. En parallèle de son métier, il organise un démarrage de production de variétés anciennes de pommes de terre, dans la plaine d'Arles. Il en est à ses débuts, et espère monter en puissance jusqu'à vivre du travail de la terre. C'est sa façon à lui de lutter contre le grignotage de ces terres fertiles par les constructions des villes. Il est donc venu exposer son projet et jauger la demande que le groupement de consommateurs nîmois pourrait représenter en débouché.

Marjorie prend ensuite la parole pour expliquer sa production et la présenter. Près d'elle, ses deux enfants dessinent, patients, en écoutant distraitement les adultes. Elle participe à un Groupement d'Intérêt Economique, et avec d'autres, propose des plantes aromatiques cultivées et surtout cueillies en Cévennes. Françoise sera sa référente. Selon la charte du Gase, c'est donc elle qui transmettra les commandes au fournisseur, et les répartira à la prochaine réunion. Marjorie n'aura qu'un seul interlocuteur, et les Gasiers également, en la personne de la référente.

Puis c'est à une productrice d'abricots de Gallician (Petite Camargue) que l'on a affaire. « Les intermédiaires, j'en ai marre », assène-t-elle. « J'ai développé la vente dans le verger, ce sont les gens qui viennent récolter leurs fruits, c'est plus plaisant pour eux, je n'ai pas de main d'oeuvre, le prix du kilo est donc bas : tout le monde s'y retrouve ». Dégustation, argumentation : tout y est. Les enfants de Marjorie ont lâchés leurs crayons et se régalent d'abricots juteux. A l'avenir, c'est Edouard qui sera le référent interface entre les adhérents du Gase et la productrice. Cette façon de faire allège le travail militant, et permet sa répartition, en évitant toute centralisation de la gestion.

On arrive à la seconde partie de la soirée : les questions diverses. Un groupement d'achat d'Uzès organise une journée de rencontres et débats en juillet : qui peut y aller ? C'est le moment de passer commande pour les poulets de Beauvoisin... Une visite de la fabrique de pâtes bio a été négociée : qui veut venir ? On a trouvé un producteur de viande qui est plus près de Nîmes : qui se renseigne sur la production et les tarifs ? Le jeune producteur de confitures de châtaigne des Cévennes baisse encore ses prix : on se renseigne pour savoir si il ne travaille pas à perte avec nous.

Puis le troisième temps de la rencontre mensuelle arrive. C'est le moment où les référents en charge de la gestion des commandes et de la distribution répartissent les produits commandés. Dans un coin, on prend le café ; là, Christine pèse les pois chiches ; ici, Marielle distribue les bouteilles de jus de fruit ; ailleurs, les barquettes de fruits rouges sont délicatement confiées et encaissées... C'est le "marché" de la soirée, les sacs se remplissent et les discussions vont bon train pour envisager les prochaines commandes.

A l'écart, un couple arrivé en cours de soirée, est informé par des Gasiers du fonctionnement de notre groupement. Le Gase est autogéré et n'a même pas d'existence formelle, pas de Bureau, de statuts, juste une charte. Il est composé pour l'instant d'une vingtaine de familles. L'outil interface est un site internet, accessible aux seuls membres du groupement, et sur lequel sont répertoriés les produits proposés au cours des réunions mensuelles. Une liste électronique interne facilite les échanges, et permet de formuler les commandes de produits. Aucune condition n'est requise pour adhérer à part d'être coopté, aucune avance d'argent n'est demandée, il n'y a même pas de cotisation puisqu'il n'y a rien à payer. Ce mode de fonctionnement satisfait les Gasiers.

Progressivement, les paniers remplis, le local se vide. On remet la salle en ordre. Dernières bises, on se reverra dans un mois, même heure même endroit.


 

Daniel (Groupe Gard Vaucluse)


Date de création : 29/11/2012 @ 18:50
Catégorie : Dossiers à thèmes - 3. Dossier Autogestions et Groupements d'achats alimentaires (octobre 2012)
Page lue 24078 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Solidaires

On vous recommande...

  L'Homme parle

Vagabonds, L'Homme parle, janvier 2017

Monde Libertaire 1787 avril 2017

ML1787-Couv.jpg

Nous écrire par courriel
fa.30.84(cool)gmail.com
 ↑