En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 

Qui sommes nous ?

Notre groupe associe des hommes et des femmes qui oeuvrent à partir des valeurs et des méthodes libertaires en faveur d'une société autogestionnaire et fédéraliste libertaire, débarrassée du capitalisme et des autoritarismes, et qui tende vers l'abolition des dominations sociales, économiques, sexuelles, raciales... Nous accueillons les personnes aux recherches semblables aux nôtres. Nous nous investissons dans des mouvements et des groupements compatibles avec nos objectifs. Nous réalisons souvent des évènements publics autour d'un livre, d'un sujet d'actualité.

Pour nous rejoindre, allez à "Nous écrire par courriel" ou cliquez ici.

Dossiers à thèmes

 ↑  

Expressions

 ↑  

Recherche

Recherche

Visites

 565390 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Contribution pour la Convergence pour une transition énergétique de Lézan

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://fa-30-84.org/data/fr-articles.xml

Dans la perspective des échanges qui auront lieu à Lézan (Gard), les 26, 27 et 28 août 2011, au cours de la manifestation de la Convergence pour une transition énergétique, organisée par les collectifs opposés à l'exploitation du gaz de schiste (http://www.convergenceenergetique.org/), nous vous proposons ci après une modeste contribution sur ces sujets.


Contribution aux débats de la Convergence pour une transition énergétique de Lézan (26, 27 et 28 août 2011)



La question de la production et de l'accès à l'énergie est un enjeu essentiel pour le capitalisme globalisé, pour les Etats modernes autant que pour les collectivités humaines. L'épuisement annoncé des énergies fossiles et nucléaires, les évolutions technologiques, la pression exercée par la catastrophe écologique de l'effet de serre, la nécessité de décroissance de la consommation, les évolutions politiques des Etats qui régionalisent dans une optique économique libérale, la fin des monopoles d'Etat du secteur énergétique... amènent une situation nouvelle sur ces questions.

En France, la privatisation forcée des compagnies EDF, GDF et RTE, les aides octroyées par l'Etat, la marche forcée de l'Europe vers un bouquet énergétique sans dégagement de CO2, le potentiel de déconcentration des productions énergétiques... encouragent la spéculation qui fait de la production des énergies renouvelables un nouveau filon (taxe carbone). Petits producteurs ou firmes multinationales, pétrolifères ou nucléocrates, françaises ou étrangères. Tout ce petit monde transforme le rêve de l'énergie naturelle gratuite des premiers mouvements écologistes en nouvel eldorado spéculatif et politiquement correct. Le vent, le soleil, le méthane, ...ne sont plus gratuits. On encourage les particuliers à alléger leurs propres crédits en produisant et revendant de l'énergie renouvelable. Chacun, à la plus petite échelle, est donc encouragé à spéculer sur une énergie pourtant patrimoine de l'humanité, au même titre que l'eau: il s'agit là d'une véritable marchandisation de ce qui est un bien commun et inaliénable.

Cette évolution contradictoire sur les énergies renouvelables doit être l'opportunité d'innover politiquement en faveur d'une production énergétique sans nucléaire, non polluante, déconcentrée, accessible à tous et autogérée sous la forme d'un service public où usagers (individus et collectivités) et travailleurs de ces filières seraient associés. Déjà, outre le secteur de l'eau, on voit des collectivités s'organiser en régies pour produire une partie au moins de l'énergie consommée. De nombreuses associations oeuvrent en faveur d'une production d'énergie décentralisée, au plus près des lieux de consommation, et l'opinion publique semble sensible à ces questions qui sont autant politiques que techniques.

L'autonomie semble être un objectif en matière de production et de consommation d'énergies, mais elle n'est pas toujours possible, ni souhaitable. Outre que les conditions climatiques rendent les collectivités humaines inégales, l'autogestion ne peut pas s'exprimer autrement qu'à travers la solidarité, la complémentarité, et à un niveau de production qui permette d'apporter des réponses collectives d'échelle, sans interdire les réponses techniques à petite échelle. On peut produire localement, sans Etat qui centralise et contrôle et sans patrons qui s'approprient ce qui nous appartient, mais il faut aussi construire et fournir un réseau solidaire de dimension régionale voire au delà. Le réseau privatisé "Réseau Transport d'Electricité" peut ainsi devenir le réseau de service public d'une fédération d'unités de production d'énergie renouvelable.

Ces unités de production, régies par les collectivités, à travers régies ou coopératives de service public -entreprises sans buts lucratifs-, doivent associer travailleurs, usagers (particuliers ou entreprises) et collectivités pour devenir un service public de l'énergie sans nucléaire, et autogéré. Sa proximité des lieux de consommation devrait pouvoir réduire les coûts et les pertes liées au transport d'énergie sur longue distance, faciliter la sensibilisation aux économies d'énergies et à la décroissance de leur consommation, et faciliter l'intérêt des populations pour sa gestion associée.

Pour cela, une grande campagne est à développer pour expliquer l'enjeu de société qu'il s'agit de sortir des griffes des firmes privées. Dans ce combat, les personnels des services de l'énergie autant que les réseaux d'associations antinucléaires devront être informés et sollicités. Les enjeux sont essentiels et reposent sur trois pistes:

1- Création d'un service public de production et de distribution autogéré sans nucléaire, de proximité;

2 - Empêcher la marchandisation et le caractère spéculatif de la production énergétique renouvelable;

3 - Participer à l'expulsion des communes des firmes privées de ce secteur - à l'instar de la distribution de l'eau- pour imposer des productions sous formes de régies ou de coopératives de production autogérées, sans buts lucratifs.

Sans une forte pression de l'opinion publique dans cette direction, la lutte contre les nouvelles constructions de centrales nucléaires, quelle que soit sa radicalité, n'a quasiment aucune chance d'aboutir.


Groupe Gard Vaucluse de la fédération anarchiste


Date de création : 10/12/2012 @ 10:36
Catégorie : - 5. Ecologie
Page lue 40322 fois


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Dernière nouvelle

Motion sur l'antisémitisme


Les chiffres des actes antisémites commis en 2018, et révélés par le ministère de l’Intérieur sont effarants. En un an, les actes recensés sont passés de 311 (en 2017) à 541, soit un bond de 74 %. Pour autant, pour nous anarchistes, il ne s’agit pas d’une « résurgence de l’antisémitisme », parce que celui-ci a toujours été présent au cours de l’histoire et se répand de manière exponentielle aujourd’hui, notamment avec les réseaux sociaux.
L’antisémitisme, visant les Juifs, ou supposés tels, en tant que groupe religieux, ethnique ou racial, n’est pas le seul apanage d’une droite extrême ou se voulant "traditionnelle " ou "nationaliste". Il réapparaît plus fort à chaque crispation identitaire.
De tous temps, de nombreux prétextes ont été utilisés pour justifier l’antisémitisme. Mais l’antisémitisme, en tant qu’une des formes politiques du racisme, culmine lors de la Conférence nazie de Wansee, pour définir les modalités administrative, technique et économique, de la "solution finale de la question juive ". L’antisémitisme a également ciblé les Juifs par les purges staliniennes, comme lors du « complot des blouses blanches ».
Après la Seconde guerre mondiale et l’extermination des Juifs, la plupart des militant·es juifs et juives ayant disparu, s'en est donc suivi un silence lourd de conséquence sur la Shoah, y compris dans les rangs des militant·es anarchistes. Est-ce dû au fait que la Shoah nous questionne profondément en tant qu’êtres humains ?
Toujours est-il que, non seulement l’extrême-droite, mais aussi des éléments issus de l’extrême gauche ont commencé à développer des propos et des positions révisionnistes voire négationnistes sur l’existence même du massacre des Juifs… alors qu’il est aujourd’hui acquis par les historien·nes qu’entre 5,5 et 6,5 millions d’entre eux ont disparu durant ce génocide. L’antisionisme est une autre question. Il est donc important de mobiliser toutes nos forces pour combattre tous propos ou actes antisémites et de bien les dissocier de l’antisionisme. L’ignorance de ces faits alimente le négationnisme et le révisionnisme.
Les anarchistes ne traitent pas le nationalisme de l’Etat israélien autrement que n'importe quel nationalisme. L’Etat d’Israël est pour nous un Etat parmi tant d’autres, qui développe aujourd'hui une politique raciste, colonialiste et sous pression religieuse.
Nous continuerons à soutenir les Anarchistes contre le mur en Israël, tout comme les objecteurs·trices israélien·nes, de même nous soutenons la lutte de la population palestinienne opprimée, et ce parce que directement au coeur des combats pour la liberté de chacun·e.
Car nous avons bien conscience que la création de l’Etat israélien confirme la thèse anarchiste que la création d’un Etat ne peut se faire que dans la violence. Nous avons cependant également conscience que, se dire anti-impérialiste ne suffit pas à se prémunir contre l’antisémitisme.
Aussi, en tant qu’anarchistes contre toutes les formes de discriminations et d’oppressions, nous continuerons à lutter contre l’antisémitisme, et à combattre toutes les formes de racisme, notamment à l’encontre des migrant·es, des réfugié·es et des exilé·es, activement dans la rue, mais aussi en renforçant nos moyens de diffusion (le Monde libertaire, Radio libertaire, Editions du Monde libertaire, tracts, conférences, cycles de formation, etc.) par des argumentaires et des recherches historiques.
Le racisme et l’antisémitisme sont des armes de ceux et celles qui cherchent à diviser pour dominer. Nous les combattrons pied à pied.
Fédération anarchiste 78ème Congrès (Amiens juin 2019)


Antimilitarisme en 2019

Motion sur le Service national universel Fédération anarchiste 78éme Congrès (Amiens juin 2019)

NON, le Service national universel ne passera pas!

Dès leur origine, les États se sont construits sur la constitution de forces armées, l'encadrement de leur population et le pillage des peuples environnants.Depuis 1995, les armées françaises ont été engagées dans 106 OPEX (Opérations extérieures) telles«Serval» au Mali et «Barkhane» au Sahel. Mais il y a aussi les «ennemis de l'intérieur», et les OPINT (Opérations intérieures) habituent les populations à côtoyer régulièrement des soldats armés, par exemple avec «Vigipirate» et «Sentinelle». La «fabrique du consentement» de l'État commence par le lavage des jeunes cerveaux: «La culture dedéfense et de sécurité nationale est inscrite dans le socle commun de connaissances et de compétences que les élèves doivent acquérir pendant leur scolarité à l'école, au collège et au lycée», Ministère de l'Éducation nationale, 2015.En 2018, Macron promet «un service national de durée courte, obligatoire et universel encadré par les armées et la Gendarmerie nationale» et nomme un groupe de travail présidé par le général Menaouine, avec pour objectif d'«inculquer aux jeunes la discipline, l'autorité, les priorités stratégiques de la France»,ajoutant que «ce service national servira en cas de crise à disposer d'un réservoir complémentaire de laGarde nationale». Pour rappel, le SNU ou semblant de SNU était proposé par tout l’échiquier politique aux dernières présidentielles. Dès juin 2019, 3000 filles et garçons «volontaires» de 13 départements «pilotes», âgé de 15 à 16 ans sont destinés à être incorporés pendant 1 mois, dont 15 jours encasernés en uniforme, réveillés à 6 H30 avec lever des couleurs et hymne national. Les 180 «encadrants» ont été formés à l'École militaire de Saint-Cyr Coëtquidan.Une deuxième «fournée» de 40000 jeunes est prévue en 2020, avec la perspective d'obliger toute une classe d'âge (800000 adolescents) à suivre 2 séjours de 15 jours autour de 16 ans.Il est également précisé que, jusqu'à 25 ans, «s'il le souhaite, l'appelé pourra poursuivre son engagement en devenant cadet de la Sécurité civile, volontaire dans les Armées, les associations...». Pour une période de 3à 12 mois: endoctriné.e.s pour devenir une main d'œuvre docile, bon marché, sans droits sociaux, ils et elles seraient ainsi préparés à la précarité et d'autre part, l'armée y gagnerait de nouvelles recrues.Depuis Georges Darien envoyé à Biribi pour insoumission, le groupe «Anarchisme et Non-violence»s'opposant à la guerre d'Algérie, Louis Lecoin en grève de la faim pour le droit à l'objection de conscience,les anarchistes se sont toujours battus contre la militarisation des corps et des esprits, symbolisée par les 5 protocoles «Défense – Éducation nationale», depuis les deux premiers, Hernu-Savary en 1982 et Chevènement-Jospin en 1989.C'est dans la continuité de ces luttes que la Fédération anarchiste combat l'importante aggravation que représente le Service national universel.Par l'information auprès des jeunes et des parents, par diverses actions décentralisées, en lien avec associations et syndicats refusant cette vaste entreprise d’embrigadement nationaliste et patriotique, la Fédération anarchiste fera tout pour enterrer le SNU.

Fédération anarchiste


Monde Libertaire juin 2019

ML_1807.jpg

On vous recommande...

L'école du chat noir sur Youtube

Ecole_du_chat_noir.JPG

Solidaires

Nous écrire par courriel

fa.30.84(cool)gmail.com
 ↑